Un drone de terroristes chargé d'explosifs vole vers une cible pacifique dans la ville

Introduction

Les systèmes aériens sans pilote (UAS), ou drones, ont apporté des avancées et des avantages significatifs à diverses industries, et leur utilisation connaît donc une croissance exponentielle. Cependant, les bonnes choses vont de pair avec les mauvaises, car leur utilisation abusive par des criminels et des individus mal intentionnés est devenue une préoccupation croissante. 

Dans cet article, nous allons passer en revue des incidents alarmants impliquant des drones (UAS) et des véhicules aériens sans pilote, tels que des attaques impliquant des organismes chargés de l'application de la loi, des perturbations dans des installations critiques et des conflits frontaliers. En examinant ces incidents, nous soulignerons la nécessité de comprendre les risques associés à l'utilisation abusive des drones et de mettre en œuvre une technologie efficace de lutte contre les drones.

Les drones (UAS) exploités par les criminels 

Les drones sont devenus un outil attrayant pour les criminels qui cherchent à mener des activités nuisibles discrètement et à distance. Leur polyvalence et leur accessibilité, la possibilité d'équiper les différents UAV/UAS de GPS, de caméras, d'équipements de vision nocturne, voire d'explosifs dangereux, en ont fait un choix de prédilection pour diverses entreprises criminelles. 

Parmi les exemples d'exploitation de drones par des criminels figurent la contrebande, la surveillance et la reconnaissance, ainsi que les attaques simples. 

  • La contrebande transfrontalière de drogues illégales, de tabac, d'armes et de marchandises interdites, à l'aide de drones dotés de capacités avancées. Ces capacités permettent aux UAS de voler sans être détectés, ce qui rend difficile pour les autorités d'intercepter leurs opérations ou de trouver leur contrôleur. 
  • Déployer des drones pour la surveillance et la reconnaissance afin de recueillir des renseignements et de contrôler différents types de zones. Cette utilisation de véhicules aériens sans pilote (drones) offre aux criminels un avantage significatif dans la planification et l'exécution de leurs opérations illicites :
  1. Au Royaume-Uni, des drones ont été détectés comme étant utilisés pour surveiller des zones où se déroulent des activités criminelles, servant de vigie pour alerter les criminels en cas d'intervention des forces de l'ordre.
  2. On dit qu'un drone a été utilisé pour scanner la prison où le célèbre criminel français Redoine Faid purgeait une peine de 25 ans, afin de trouver un point faible, à partir duquel son organisation a pu faire venir un hélicoptère pour le sortir de là. 
  • Utilisation de drones pour cibler des personnes ou des biens - Ces derniers temps, les organisations criminelles ont intensifié leurs activités en utilisant des drones armés pour commettre des assassinats. Comme ces criminels ont trouvé refuge dans les étages supérieurs des grands immeubles résidentiels, leurs adversaires ont également adapté leurs tactiques, en utilisant des drones comme outils pour leur nuire tout en restant non identifiés.

Les drones voyous : Un véritable fléau carcéral 

L'émergence de drones malveillants est devenue une préoccupation majeure dans les établissements pénitentiaires, posant des défis uniques au personnel de sécurité. Les criminels exploitent ces drones non autorisés pour livrer des produits de contrebande dans les établissements pénitentiaires, en contournant les mesures de sécurité traditionnelles. Voici quelques exemples de livraisons de contrebande par des drones non autorisés dans les prisons :

  • Les drones livrent des médicaments aux détenus, ce qui alimente la toxicomanie en milieu carcéral.
  • Transport d'armes, y compris de lames, d'armes à feu ou d'autres objets dangereux, dans le but d'armer les détenus et d'inciter à la violence.
  • Fourniture d'appareils de communication non autorisés, tels que des téléphones portables, permettant aux détenus de maintenir des contacts illicites et de coordonner des activités illégales.
  • Les drones font entrer de l'argent dans les prisons et facilitent les transactions financières illégales au sein des établissements pénitentiaires.
  • Utilisation de drones pour transporter des produits du tabac, ce qui entraîne une distribution sur le marché noir et un profit potentiel pour les détenus.
  • Des drones de surveillance sont déployés autour des prisons pour la surveillance non autorisée et la collecte de renseignements, ce qui compromet les protocoles de sécurité et la vie privée des détenus.

Attaques de drones contre les forces de l'ordre ou entravant leur action

La prolifération des drones pose un autre problème : les attaques de drones contre les forces de l'ordre, qui mettent en péril le maintien de la sécurité et de l'ordre publics. Des criminels ont utilisé des drones pour cibler ou entraver les opérations des forces de l'ordre, mettant en danger la vie des agents et les empêchant de s'acquitter efficacement de leurs tâches. Ces incidents ont mis en évidence la nécessité pour les services répressifs de s'adapter et de développer des stratégies pour contrer ces menaces liées aux drones.

Voici quelques exemples d'attaques de drones mettant en danger les forces de l'ordre :

  • Les drones sont utilisés pour perturber des opérations de police essentielles, telles que la surveillance d'enquêtes en cours ou la création de distractions dans des situations à haut risque, ce qui empêche les agents de réagir efficacement.
  • Le ciblage délibéré du personnel des forces de l'ordre avec des drones armés, ce qui constitue une menace directe pour la sécurité des agents et peut entraîner des blessures ou des décès.
  • Les drones sont utilisés pour recueillir des renseignements sur les tactiques et les opérations des forces de l'ordre, ce qui permet aux criminels de planifier et d'exécuter des crimes en ayant une connaissance avancée des activités de la police. Par exemple, un drone a récemment survolé le bâtiment du MI6 à Londres, ce qui a donné du pouvoir à la police britannique, qui peut désormais sévir contre les personnes pilotant des drones de manière irresponsable ou illégale, avec des équipes dédiées à la recherche de ceux qui enfreignent les règles.

Attaques d'installations et d'infrastructures critiques par des UAS ou des drones

L'accessibilité, la maniabilité et la capacité à rester anonyme des drones en font des outils attrayants pour ceux qui cherchent à perturber ou à endommager des sites stratégiques. Ces attaques mettent en évidence les vulnérabilités qui existent dans les installations critiques et la nécessité de mettre en place des contre-mesures solides pour les protéger contre les menaces potentielles liées aux drones.

Voici quelques exemples d'attaques de drones contre des installations et des infrastructures critiques :

  • Cibler les centrales ou les réseaux électriques à l'aide de drones armés, dans le but de provoquer des pannes de courant généralisées et de perturber les services essentiels.
  • Faire voler des drones/UAS près des aéroports et interférer avec les opérations de vol, en posant des risques pour la sécurité aérienne et en causant des perturbations du trafic aérien, comme cela se produit fréquemment près de l'aéroport de Gatwick (Royaume-Uni).  
  • L'utilisation de drones pour surveiller sans autorisation des bâtiments gouvernementaux sensibles ou des installations de haute sécurité, comme les centrales nucléaires en Suède, en France et aux États-Unis, compromettant les protocoles de sécurité et pouvant faciliter de futures attaques.

Attaques par drone/UAS aux frontières contre la police des frontières

Des organisations criminelles et des individus exploitent les drones pour perturber les opérations de contrôle aux frontières, échapper à la détection et contribuer éventuellement à des activités illégales telles que la contrebande ou le trafic d'êtres humains. Ces attaques soulignent la nécessité de renforcer la surveillance des frontières et les mesures de lutte contre les drones afin de protéger les zones frontalières et de soutenir les efforts de la police des frontières.

Voici quelques exemples d'attaques de drones aux frontières contre la police des frontières :

  • Les drones sont utilisés pour faire passer des produits de contrebande à travers les frontières, en contournant les mesures de sécurité traditionnelles et en compromettant les efforts de contrôle des frontières. Par exemple, un drone transportant de la drogue s'est écrasé près de la frontière américainedans une tentative infructueuse de leur faire franchir la frontière entre le Mexique et les États-Unis.  
  • Interférence délibérée avec les opérations des patrouilles frontalières en faisant voler des drones dans un espace aérien restreint, en créant des distractions et en entravant les interventions des forces de l'ordre. Par exemple, lors d'un événement récent, "un hélicoptère des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, ou CBP, aurait été survolé par un drone "très puissant" qui l'a suivi jusqu'à une altitude élevée. Plusieurs organismes chargés de l'application de la loi ont également tenté de suivre le drone jusqu'à ce qu'ils puissent identifier son opérateur, mais sans succès.
  • L'utilisation de drones à des fins de reconnaissance pour recueillir des renseignements sur les activités des patrouilles frontalières, ce qui permet aux criminels d'exploiter les vulnérabilités et d'échapper à la capture.

Conclusion

Chaque progrès technologique a ses aspects positifs et négatifs. Par exemple, les plateformes de médias sociaux ont connecté les gens à l'échelle mondiale, facilitant la communication et le partage d'informations, mais elles ont également soulevé des préoccupations concernant la vie privée, la santé mentale et la diffusion de fausses informations. De même, les véhicules autonomes ont le potentiel de renforcer la sécurité routière et d'améliorer l'efficacité des transports, mais leur développement soulève également des questions éthiques concernant la responsabilité, le déplacement d'emplois et la nécessité de cadres réglementaires.

La prolifération des drones ne fait pas exception. Comme nous l'avons vu dans divers exemples, les drones et la gestion du trafic sans pilote (UTM) ont apporté et apporteront à l'avenir des avantages et des progrès significatifs à de nombreuses industries, révolutionnant des domaines tels que la photographie aérienne, l'arpentage, la logistique et la livraison. Toutefois, à côté de ces applications positives, la technologie des drones a fait son apparition sous un jour plus sombre. Des organisations criminelles et des individus ont profité de la polyvalence et de l'accessibilité des drones pour mener des activités illicites.

Il est essentiel que nous reconnaissions la double nature de la technologie des drones et que nous nous efforcions de mettre en place une réglementation, une application et des contre-mesures efficaces afin d'exploiter ses avantages tout en atténuant ses effets négatifs sur la société.

Les Technologie intégrée de contre-drones Sentrycs est la seule approche viable pour améliorer la sécurité globale de l'espace aérien dans les environnements urbains denses, car elle n'interfère pas avec d'autres signaux de communication et ne crée pas de dommages collatéraux. En s'appuyant sur une technologie avancée d'analyse des protocoles, Sentrycs offre à différentes organisations, qu'il s'agisse de gouvernements ou d'entreprises, la possibilité d'améliorer la sécurité de l'espace aérien. sécurité des frontières La solution anti-drone intégrée comprend des capacités de détection, de suivi, d'identification et d'atténuation (DTIM), ainsi qu'un centre de commandement intégré. La solution anti-drone intégrée comprend des capacités de détection, de suivi, d'identification et d'atténuation (DTIM), ainsi qu'un centre de commandement intégré. L'analyse intelligente des protocoles, les algorithmes avancés d'apprentissage automatique et les cadres de recherche automatisés permettent l'analyse la plus rapide des protocoles de communication et le délai de mise sur le marché le plus court des capacités DTIM disponibles à ce jour. 

En utilisant cette solution technologique avancée dans des mains responsables, nous pouvons cultiver et conduire un écosystème de drones plus sûr et plus efficace. Cette solution, avec ses capacités robustes et ses contrôles efficaces, contribuera à promouvoir une utilisation responsable des drones, à renforcer les mesures de sécurité et à garantir l'impact positif des drones sur l'économie mondiale.

FAQ

Quelle est la cause la plus fréquente des incidents liés aux drones ?

La cause la plus fréquente des incidents liés aux UAS/Drones est l'erreur humaine, comme les problèmes de pilotage du drone ou un jugement erroné, suivie par les défaillances techniques des composants du drone, comme les systèmes de communication ou de navigation.

Qu'est-ce qu'une attaque de drone ?

Une attaque de drone est l'utilisation délibérée de véhicules aériens sans pilote (UAV) à des fins agressives, y compris des frappes ciblées. Ces attaques impliquent des drones équipés de caméras, de capteurs ou d'armes, visant des individus, des lieux, des infrastructures ou des cibles militaires. Les auteurs de ces attaques peuvent être des acteurs étatiques ou non étatiques, ce qui pose des problèmes de sécurité et de sûreté et risque de porter atteinte à des vies et à des biens.

Quelle a été la fameuse frappe de drone ? 

L'une des frappes de drone les plus célèbres est l'assassinat ciblé de Qasem Soleimani, un haut responsable militaire iranien, par un drone américain en janvier 2020.

Pourquoi les drones posent-ils problème ? 

Les drones présentent plusieurs défis et problèmes en raison de leur disponibilité et de leur potentiel d'utilisation abusive. Les drones équipés de caméras qui envahissent la vie privée sans consentement posent des problèmes de protection de la vie privée. Des risques pour la sécurité apparaissent lorsque les drones opèrent dans un espace aérien restreint ou à proximité d'aéroports, ce qui constitue une menace de collision pour les aéronefs pilotés. Les drones peuvent également être utilisés pour des activités illégales, notamment la contrebande et la surveillance non autorisée. 

Recherche